Les pièges du rachat de crédit ?

Regroupement de crédits : Attention aux pièges !

Le principal piège du regroupement de crédit tient à son coût sur la durée. La concurrence étant rude sur le secteur de la restructuration de dettes, de nombreuses arnaques sont relevées... Attention donc !

Le rachat de crédit est souvent présenté comme LA solution par les professionnels de ce secteur très lucratif, mais force est de constater que les pièges sont nombreux ! Coût global de prêt plus élevé, offres de prêts fantaisistes et arnaques en tout genre émaillent le parcours du candidat à un rachat de crédit.

Un coût global de crédit plus élevé

Derrière les avantages immédiats du regroupement de crédit se cachent des pièges en terme de coût global de crédit ! En effet, faire baisser des mensualités en allongeant la durée des remboursements fait exploser le coût global du crédit ! Même si le taux d'intérêt proposé est alléchant, le calcul de l'amortissement est toujours réalisé sur le capital restant dû. Autrement dit, plus les échéances sont étalées sur une durée allongée, plus le remboursement du capital restant dû est lent... Et les intérêts s'accumulent ! Lorsqu'un crédit immobilier est racheté, des pénalités pour remboursement anticipées sont également exigées. A cela s'ajoutent souvent une prise d'hypothèque et des frais de dossier, qui alourdissent d'autant le coût de l'opération. Au final, le coût global du crédit est largement supérieur à celui (ou ceux) d'origine.

Cela est d'autant plus handicapant lorsque le rachat de prêt concerne des dettes à très court terme (achat électroménager par exemple avec une carte magasin) qui seront transformées en des dettes à long terme. Ainsi, en étalant sur 10 ans des crédits au lieu de 5 ans, la différence d'intérêts à payer est très significative.

Exemple

pour un emprunt de 7 000 € sur 5 ans à un taux de 4.90%, le coût du crédit (hors assurance) s'élève à 926 € d'intérêt pour une mensualité de 132 €. Le même crédit de 7 000 € pris sur 10 ans au même taux de 4.90% coûtera toujours hors assurance 1 869 € d'intérêt pour une mensualité de 74 €. Dans notre exemple, la voiture achetée à crédit coûtera 7 926 € si elle est achetée sur 5 ans contre 8 869 € si elle est achetée sur 10 ans. Sur des grosses sommes les écarts de prix sont bien évidemment encore plus décisifs. Ainsi, pour un emprunt de 80 000 € sur 8 ans à un taux de 4.90%, le coût du crédit (hors assurance) s'élève à 13 882 € d'intérêt pour une mensualité de 1 009 €. En étalant cet emprunt sur 15 ans, le taux grimpe à 5.05%, pour un coût du crédit (hors assurance) de 34 251 € d'intérêt (mensualité de 634.72 €). Les travaux financés sur de longues échéances reviennent ainsi beaucoup plus chers : dans notre exemple, la différence équivaut à plus de 20 000 € !

Pour en savoir plus :

Des offres pas toujours claires

L'autre piège du regroupement de crédit tient à la lisibilité des offres. La comparaison est souvent difficile à réaliser sereinement puisqu'il suffit d'une modulation de quelques mois sur un remboursement pour voir les taux d'intérêt s'envoler. Dans tous les cas, la comparaison doit être réalisée sur le TEG (Taux Effectif Global) et non sur le taux de base. Le TEG intègre en effet tous les frais ! De nombreuses sociétés spécialisées dans le regroupement de crédit proposent également des taux variables très compétitifs sur le papier, mais attention, dans ce cas le risque est important de voir les taux s'envoler au bout de quelques mois ! Sachant que par définition le taux variable ne peut être assorti à l'édition d'un tableau d'amortissement classique indiquant un TEG clair, il est plus que prudent d'écarter les propositions trop alléchantes de prime abord ! Dans tous les cas, sachez que les taux associés à un rachat de crédit sont toujours plus élevés que les taux classiques d'un prêt à la consommation.

Une jungle pas toujours honnête

Le secteur du rachat de crédit est peuplé de nombreuses sociétés qui n'ont de courtier que le nom ! Plusieurs sites internet se sont faits une spécialité d'attirer les prospects avec des offres alléchantes sans pour cela être mandatés par des établissements financiers. En laissant ses coordonnées sur ces sites, le candidat à un regroupement de crédit risque fort d'être contacté par de nombreux établissements bancaires non sollicités à qui le site intermédiaire aura vendu des fichiers de prospects. Pour être sûr de contacter un courtier dûment agréé, il est recommandé de vérifier le sérieux de l'entreprise. En aucun cas l'emprunteur ne doit envoyer ses documents originaux à une entreprise qui ne peut justifier de sa qualité d'établissement de crédit ou de société Intermédiaire en Opérations Bancaires (IOB).

Une fausse sensation de liberté

Le regroupement de crédit peut également être un piège lorsque la liberté de budget retrouvée amène à penser que l'on est sorti d'affaire. En effet, l'allègement des mensualités de façon importante ne signifie aucunement que la dette est allégée. Au contraire même, la dette est toujours là et le coût global du crédit est plus élevé ! Attention donc à ne pas retomber dans un cercle infernal avec une avalanche de nouveaux crédits à la clé qui auront tôt fait de remettre le budget en déséquilibre.

Le saviez-vous ?

Dans le cadre d'un rachat de crédit comportant un prêt immobilier, il convient de faire extrêmement attention puisque selon les cas, il peut amener à renoncer au bénéfice d'un prêt à taux réduit (0%, PAS, 1% logement) qui ouvre parfois droit aux APL.

Comparez les organismes de rachat de crédit

Remonter