Les solutions alternatives au rachat de crédit

Le rachat de crédit est une solution pratique pour mieux répartir sa dette dans la durée, mais cette solution a un coût ! Pour éviter d'alourdir sa dette en cas de mauvaise passe ponctuelle il existe d'autres solutions.

Chaque situation étant différente, il n'existe pas de solution universelle pour réduire son taux d'endettement ! La réaction la plus saine est bien évidemment de rogner sur les dépenses superflues pour se concentrer sur les dépenses essentielles. Les achats obligatoires peuvent être faits à l'économie (voiture d'occasion plutôt que neuve, machine à laver à prix dégriffé plutôt qu'une de marque...). Mais cela ne suffit pas toujours ! Lorsque les revenus baissent de façon importante il est important de remettre ses dettes à plat et d'opter pour des solutions adaptées à chaque situation.

Négocier un rééchelonnement

La renégociation des crédits

Pour les situations ponctuellement délicates suite par exemple à une perte d'emploi, la meilleure des solutions est de négocier des délais supplémentaires avec ses créanciers. Dans certains cas, la mise en place du rééchelonnement d'une dette est possible notamment avec les services du fisc. La renégociation d'un crédit immobilier est aussi une pratique courante. Généralement, les banques ne voient pas d'inconvénient à rallonger un prêt immobilier. Les crédits revolving également appelées réserves d'argent généralement proposés à un taux prohibitif (autour des 16%) peuvent être soldés par anticipation sans pénalités pour être remplacer par un crédit à la consommation à un taux beaucoup plus avantageux.

Faire appel à la famille, à son employeur

En cas de mauvaise passe ponctuelle, la famille peut être sollicitée pour aider ponctuellement à payer une échéance. L'employeur peut également être sollicité par le biais d'un acompte sur salaire mais aussi par le biais du déblocage de la participation (en cas de cessation du contrat de travail, de la naissance ou adoption d'un 3ème enfant ou plus, divorce du salarié, invalidité du salarié, décès du conjoint, etc...).

Faire jouer les assurances

En cas d'invalidité ou de perte d'emploi, il est également primordial de revoir les contrats d'assurance souscrits en parallèle des emprunts pour bénéficier le cas échéant d'une suspension de paiements pendant la durée de chômage par exemple. Si ces assurances ne sont pas obligatoires pour les crédits à la consommation, dans la plupart des cas les banques les exigent lorsque le crédit concerne l'achat d'un bien immobilier.

Vendre un bien

Vendre la maison pour payer le crédit ou les crédits

Lorsque la situation est durablement déséquilibrée, l'autre solution est de vendre le bien dont les remboursements sont les plus lourds. Il peut s'agir d'un bien immobilier mais aussi d'une voiture. En vendant un bien, il est possible de rembourser le crédit lié à l'achat par anticipation (sans pénalités pour les crédits consommation, avec une pénalité négociable pour les crédits immobiliers).

Le saviez-vous ?

En cas de baisse importante des revenus, il est également possible de faire appel à des organismes sociaux qui pourront le cas échéant vous faire bénéficier de prestations exceptionnelles.

Comparez les organismes de rachat de crédit



Remonter